12 juin 2018, Villa Bonn : « La renaissance du Vieux-Francfort avec le „Dom-Römer“ et ses enjeux économiques », conférence avec Michael F. Guntersdorf, Gérant de la DomRömer GmbH

Le Club des Affaires de la Hesse accueillait ce jeudi Michael Guntersdorf, directeur de Dom Römer GmbH, agence chargée de la planification et de la reconstruction de l’ancien centre-ville. Retour avec son responsable sur ce projet phare qui doit redonner au cœur de Francfort son aspect du passé et devenir un nouvel atout touristique pour le futur.

Le projet est relativement ancien et Michael Guntersdorf ne cache pas que tous ses interlocuteurs l’avaient dissuadé d’accepter la fonction. « Personne ne réussira » ce défi à la fois architectural, financier et politique. Une bonne dizaine d’années et trois maires adjoints plus tard, le projet a été achevé cette année.

La place du Romain est le centre historique, la cellule initiale de la ville de Francfort. Les traces d’habitation remontent à plus de 2 500 ans et la première mention historique date du huitième siècle après Jésus-Christ. Peu éloigné des bords du Main, à une encablure de ce qui fut le port, le cœur historique de la grande ville de foire a connu des hauts et des bas. La reconstruction à l’identique s’est très largement axée sur des bâtiments emblématiques de l’époque du Moyen-âge, et il a fallu pour cela faire un saut en arrière particulièrement imposant en piétinant toute une période de l’histoire qui n’avait plus autant que de nos jours la nostalgie des maisons à colombages. À la fin du XIXe siècle, ce quartier avait été déjà très largement abandonné, notamment par le monde de l’argent, et lorsque les bombes anglo-américaines sont venues apporter une solution aux problèmes d’insalubrité urbaine à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le cœur historique de Francfort était déjà en ruine. La reconstruction du pays dans un style productiviste typique a vu jaillir des merveilles architecturales telles que la Technisches Rathaus et un projet de Kulturcampus auquel nous avons (probablement heureusement) échappé. L’appel à contribution pour de nouvelles idées lancé en 2005 a été la première étape d’un véritable projet de restauration d’un passé beaucoup plus lointain.

L’agence DomRömer est en fait une toute petite structure de 7 personnes, un groupe de gestion de projet sur une base juridique de SARL, dont le rôle a consisté à concilier et à surveiller une quinzaine d’opérations individuelles afin de conserver l’unité et une logique à cette reconstruction. Ce chantier unique par sa taille en Allemagne a été géré par la ville d’une manière plutôt astucieuse : l’ensemble de la vieille ville n’est en fait qu’un unique bâtiment dont les différentes pièces ont été confiées à des entrepreneurs différents, assumant à la fois le financement et la construction. Seules les habitations ont été cédées. Tous les locaux à vocation commerciale restent directement sous la gestion de la ville qui se réserve ainsi fort opportunément un véritable droit de regard sur l’offre qui y sera proposée.

Le bond en arrière est toutefois à nuancer. S’il est optiquement exact avec un plan au sol et des façades reprenant au détail près les maisons d’autrefois (détails recherchés avec précision sur des documents d’archives et réutilisation d’éléments d’origine rachetés pour l’occasion), il est largement démenti au plan technique. La « vieille ville » sera probablement l’un des quartiers les plus modernes de la ville : équipements et découpage moderne des intérieurs, habitât passif au plan énergétique, sécurité incendie absolue font de maisons a priori moyenâgeuses des habitations répondant aux normes les plus avancées du 21ème siècle. Il ne manque que de la verdure, mais impossible de planter des arbres sur un quartier quasiment entièrement posé sur un parking souterrain de 740 places. Eh oui, au Moyen-âge on avait moins de voitures à garer qu’aujourd’hui…

Ceux qui se sont promenés sur la nouvelle place du marché aux volailles apprécieront le résultat. La visite est rapide, l’ensemble représentant au plus 3 rues au pied de la cathédrale. D’où la réflexion logique de poursuivre le travail d’aménagement sur les rues aux alentours, afin d’intégrer ce nouveau phare de l’offre touristique de Francfort dans un ensemble harmonieux et cohérent. Ce sera peut-être l’avenir de la DomRömer GmbH lorsque le projet sera clos avec l’inauguration officielle du nouvel ensemble en septembre prochain.

La soirée s’est terminée avec le buffet traditionnel de la villa Bonn, un superbe bâtiment soit dit en passant, dans lequel nous sommes à la fois fiers et reconnaissants de pouvoir organiser nos réunions, au cœur d’un quartier qui mérite aussi l’attention des fans d’architecture. Francfort, quelle belle ville !

  • Marc de la Fouchardière

    Michael Guntersdorf et Emmanuelle Bitton-Glaab