« Charlemagne, un Européen avant l’heure ? – Innovations politiques et développement économique »

Une intervention de Pierre Monnet, directeur de l’Institut français d’histoire en Allemagne et de Dr. Klaus Oschema, professeur d’histoire médiévale à l’Université d’Heidelberg

9 septembre 2014, Villa Bonn

Dr. Klaus Oschema

Dr. Klaus Oschema

Pierre Monnet

Pierre Monnet

 

Dans le cadre de la semaine alsacienne, événement phare du paysage francfortois depuis 1993, le Club des Affaires de la Hesse a organisé en collaboration avec le Club des Alsaciens et le Consulat Général de France à Francfort, une conférence le 9 septembre dernier, consacrée à Charlemagne ou Carolus Magnus Rex Francorum qui s’éteignait il y a exactement 1200 ans à Aix-la-Chapelle.

Deux intervenants pour un ”grand Homme”

La conférence accueillie dans les salons de l’élégante Villa Bonn, a fait intervenir en français et en allemand, deux grands spécialistes du Moyen-Age, Pierre Monnet, d’une part, directeur de l’Institut français d’histoire en Allemagne situé à Francfort et Dr. Klaus Oschema, professeur d’histoire médiévale à l’Université d’Heidelberg.

Gérard Staedel

Gérard Staedel

Après le mot d’accueil de Gérard Staedel, Président de l’Union Internationale des Alsaciens, c’est dans un esprit d’échange et de complémentarité franco-allemand que se dérouleront les exposés des médiévistes.

Charlemagne né en 742 et mort le 28 janvier 814 à Aix-la-Chapelle – il y a donc 1200 ans – a ouvert une année de commémorations car 2014 c’est aussi le centenaire de la Première Guerre Mondiale et le centenaire de la création de l’Université Goethe. L’Empereur d’Occident est sans conteste une figure emblématique aussi bien en France qu’en Allemagne. Son œuvre est immense et l’héritage culturel et géographique de l’époque carolingienne a marqué l’Europe. Mais de quel Charlemagne se souvient-on ? Le fondateur de l’école ? Le massacreur de Saxons ? Le père de l’Europe ? Le modèle de mari avec ses cinq concubines et un grand nombre d’enfants ? Le roi de guerre ?

Quoi qu’il en soit, Charlemagne a bien créé ce qui préfigure l’Europe au cours de son règne de pas moins de 46 ans par ses innovations politiques et ses développements économiques. Comme le souligne Pierre Monnet ”c’était un grand homme aussi par la taille : 7 pieds, soit 1,84 m. Il portait la barbe ”fleurie”, signe de puissance mais aussi de générosité, de masculinité”. Cet homme fécond qui collectionnait les épouses et faisait la guerre, avait aussi une mauvaise image auprès de certains comme l’indique Klaus Oschema.

De l’agrandissement de la masse territoriale à la réforme de la monnaie : une œuvre considérable

Pendant son règne marqué par 44 années de guerres, Charlemagne qui devient roi des Francs en 768, roi des Lombards en 774 et Empereur en 800 à Rome, a agrandi la masse territoriale des carolingiens – 10 à 12 millions d’habitants sur 400.000 km2. Ce n’est qu’après sa mort que l’Empire carolingien sera partagé entre ses héritiers et va donner naissance au Royaume de France à l’Ouest et au Saint-Empire romain germanique à l’Est.

Il s’est aussi attaché à réformer la monnaie et imposer le denier d’argent frappé au royaume avec un système de compte duodécimal, à réorganiser la production rurale et à remettre de l’ordre. Sur les routes circulent des bandits, des voleurs, la corruption est présente partout. Le capitulaire De Villis, un texte législatif à l’attention des gouverneurs de ses domaines va être instauré. Le latin va devenir langue commune sous son règne. ”Charlemagne a aussi amélioré la visibilité de l’écriture – la minuscule caroline est une des plus belles écritures aujourd’hui, proche du Times New Roman. Il a également introduit les lettres capitales” précise Pierre Monnet.

Les traces du précurseur de l’Europe sont partout

Charlemagne est partout. Il y a des rues, des places, des statues comme par exemple la statue devant la cathédrale Notre-Dame à Paris et celle qui se trouve devant la mairie d’Aix-la-Chapelle. On trouve des établissements, des lycées portant son nom comme le lycée Charlemagne du 4e arrondissement de Paris, la statue de Roland devant l’Hôtel de ville de Brême… Aucun manuel scolaire ne fait l’économie de parler de Charlemagne. Il nous reste aussi 164 diplômes, des chroniques, des annales nombreuses, le Codex Carolinus, des écrits biographiques comme la Vita Caroli, rédigée vers 830 par Eginhard, proche de Charlemagne.

A Francfort, chaque 28 janvier, date anniversaire de la mort de Charlemagne, est célébré dans la cathédrale Saint-Barthélémy.

Et à Aix-la-Chapelle le prix international Charlemagne récompense depuis 1950 des personnes qui ont œuvré pour l’Europe.

Charlemagne était-il allemand ? Etait-il français ? Etait-il européen ? A cela Klaus Oschema répond : ”il était franc et a surtout réussi à installer l’unité”. Un grand pas vers l’Europe !

Compte-rendu de Valérie Keyser, rédactrice en chef Bulletin, Club des Affaires de la Hesse

De gauche à droite : André Fricker, Président du Club des Alsaciens, Gérard Staedel, Président de l’Union internationale des Alsaciens, Charles Marchant, Président du Club des Affaires de la Hesse, Pierre Monnet, Directeur de l’Institut français d’histoire en Allemagne et Dr. Klaus Oschema, professeur d’histoire médiévale à l’Université d’Heidelberg (Photo VK lepetitjournal.com/francfort)